Dans notre métier, l’éthique est primordiale

INTERVIEW DE ROMUALD ABELA FONDATEUR DE ACHATDOR.CH ET MONTRESETBIJOUX.COM

**D’où vous est venue l’idée de créer votre première boutique ACHATDOR.CH à Nyon?**
J’ai fait mes armes dans le commerce de détail, chez Manor pendant 12 ans. Puis chez Cash Converters où j’ai participé à toutes les ouvertures de succursales en Suisse. J’avais une sensibilité plus poussée pour tout ce qui était objets de luxe, instruments de précision, horlogerie, diamants, pierres précieuses, métaux précieux, et j’ai décidé de me mettre à mon compte dans ce secteur. J’ai commencé par démarcher les privés, au volant d’une camionnette, avant d’ouvrir une première boutique ACHATDOR.CH à Nyon, en 2004. Quatorze ans plus tard, le réseau compte une vingtaine de magasins, ce qui fait de nous le leader suisse dans l’achat d’or et de métaux précieux. Je précise qu’il ne s’agit pas de franchises, mais de boutiques qui m’appartiennent en propre.

**Comment se déroule une transaction chez ACHATDOR.CH?**
Pour commencer, nous indiquons clairement les cours des métaux sur ACHATDOR.CH. Ce sont les cours officiels, le fixing, que nous actualisons tous les matins sur le site internet et que nous appliquons au jour le jour. Nous affichons clairement le prix d’achat au gramme. Quand un client entre chez nous pour une vente, nous évaluons la qualité des métaux précieux, soit avec des acides, soit au moyen d’un spectromètre ou encore par le contrôle des poinçons (voir la vidéo de la page expertise de site internet). Ensuite, nous effectuons une pesée devant le client, sur des balances certifiées par l’autorité des poids et mesures, et nous faisons notre offre.

**Quelles sont les règles et quelles sont les garanties pour les clients?**
Dans notre métier, l’éthique est primordiale. Il faut être très rigoureux, sinon on ne dure pas. Nos processus sont parfaitement calibrés. Nous n’achetons aucune masse de métaux fondus, qui pourraient bien évidemment provenir de cambriolages. Quand un client vient vendre, nous exigeons une pièce d’identité valable, des informations ou un certificat de provenance des pièces, objets ou bijoux. Nous n’achetons jamais à un mineur. Nous remplissons systématiquement un contrat d’achat ou de vente, sous forme de quittance, avec photo de l’objet et descriptif précis. Enfin, toutes les transactions sont filmées et archivées.

**Comment votre activité est-elle contrôlée?**
Nous sommes membres de l’ARIF et soumis à un code de déontologie sous l’égide de la FINMA, l’autorité fédérale de surveillance des marchés qui lutte contre le blanchiment d’argent. Nous avons un contrôleur aux comptes, nous sommes audités, nos balances contrôlées par l’État suisse.

**Quels sont vos prochains objectifs, à court et moyen termes?**
Ouvrir de nouveaux magasins en Suisse alémanique et amorcer le Tessin. Plus on a de points de contact avec la clientèle et plus on a d’offres, à l’achat comme à la vente. Preuve en est le développement de nos sites internet. Les trois quarts de nos clients nous suivent aujourd’hui sur leur téléphone portable. Et quand ils sont décidés, ils viennent dans un de nos points de vente, pour vendre, acheter, demander une expertise ou s’informer, tout simplement.

FCH3/ATC