La monnaie de Paris artisanat d’art et d’or

LA MONNAIE DE PARIS: ARTISANAT D’ART ET D’OR

Née en l’an 864 à la suite de la proclamation de l’Édit de Pîtres par le roi de France Charles le Chauve, la Monnaie de Paris est un établissement d’un âge… vénérable. A l’origine, l’institution était seulement chargée de frapper les pièces d’or (et d’argent) en vigueur dans le royaume, et garante de leur bon aloi (i.e. leur teneur en métal précieux). Au fil des siècles, la Monnaie de Paris a diversifié ses activités. Bien qu’elle soit encore en charge de battre monnaie, elle crée également aujourd’hui des objets variés tels que des médailles militaires, des médailles commémoratives, des «fleurs de coin» ou pièces de collection, des pièces de monnaie destinées à être utilisées dans d’autres pays que la France, et certaines pièces rares sur commande spéciale, qu’elle soit publique ou privée.

Forte de près de 12 siècles de savoir-faire, la manufacture parisienne représente sans doute le plus haut lieu de l’artisanat d’art – et d’or – que l’on puisse rencontrer dans l’hexagone. Fonderie, gravure, ciselure, émaillage, estampillage… Avec une vingtaine de métiers d’art à son actif, la Monnaie de Paris, championne de l’orfèvrerie nationale, a été labellisée « Entreprise du Patrimoine Vivant ».

Sa dernière collection de pièces de monnaie, lancée en 2014, s’intitule « Coq ». Elle est constituée de trois pièces d’or de 100€, représentant un coq – emblème national des Français – sous différentes facettes.

EYS/ATC